Toute l'actualité de la planète ovale décryptée par un apprenti journaliste et passionné de rugby. Le guide complet de la Coupe du Monde, c'est sur Rugbystiquement Votre.

Allons enfants de l'apathie...

Après le fiasco italien cet hiver, le XV de France a subi un autre camouflet en s’inclinant face aux Tonga (14-19). La France est qualifiée, mais c’est l’arbre qui cache la forêt. Les Bleus ont été apathiques et incapables de réagir face à une équipe au dessus du lot sur ce match.

1634661-rugby-melville-640x280.jpg


 

Tristesse. Non, pire, désolation. Colère. Incompréhension. Hier, personne n’imaginait une défaite française face aux modestes îles Tonga, toujours valeureuses, mais jamais sûres d’un bout à l’autre d’une rencontre. Pourtant, au coup de sifflet final, il y avait deux scènes. D’un côté, les prières tongiennes suives d’embrassades et de bras en l’air. De l’autre, des mines déconfites, des têtes baissées. Les Tonga venaient de battre l’équipe de France. 19 à 14.

Crispation et peur

Pour être tout à fait honnête, il convient de dire que le score ne reflète pas le jeu. Non, les Tongiens n’ont pas créé de hold-up. Au mieux, les Français, oui. Les joueurs du Pacifique ont dominé de la tête et des épaules tous les secteurs de jeu. En touche, dans le combat, dans l’occupation, dans les offensives. Jamais les Bleus n’ont su réagir. Le plus inquiétant concerne probablement ce point là. Entrevues face au Japon, les carences morales sont présentes dans les rangs français. Tout au long du match, ils ont paru jouer avec la peur au ventre. Crispés par un enjeu, qui n’en était pas forcément un.
Les plaquages manqués, les passes mal ajustées, le manque de soutien dans l’axe, le manque d’envie et de combat, sonnent comme des réponses à cet échec. Au final, l’essai inscrit par Vincent Clerc avant la sirène envoie directement le XV de France en quarts de finale. Avec deux défaites dans une poule, il était donc possible de se qualifier pour la phase finale… Quand on sait que jamais un champion du monde n’a perdu un match de poule, que dire des chances françaises avec deux échecs.

Merci l’IRB !

Les Tongiens étaient satisfaits de cette victoire. Grâce à elle, ils terminent troisièmes de leur poule et sont directement qualifiés pour le mondial 2015. Un moindre mal, mais au vue de la rencontre, ils avaient surement mieux à espérer. Les Tongiens pourront regretter les occasions d’essais vendangées. Avec les largesses défensives laissées par les Bleus, les brèches étaient présentes au centre du terrain et sur les extérieurs. Les véloces arrières du Pacifique en ont profité mais ont pêché dans le dernier geste. Alors que l’ambition d’un quart de finale nécessitait un bonus offensif, les Tonga ont préféré prendre les points au pied - pénalités et drops, manqués d’ailleurs – plutôt que de chercher les essais.
Si l’on regarde d’un peu plus près le classement final et le décompte des points, les Tongiens sont à deux petites unités du XV de France – et de la qualification. Après avoir perdu face à la Nouvelle-Zélande en match d’ouverture,  ils jouaient seulement cinq jours après, face au Japon. La Nouvelle-Zélande affrontait les modestes japonais avec un jour de repos supplémentaire et les Français se targuaient d’avoir une semaine de récupération. Avec cette cadence, le sélectionneur Isitolo Maka a fait tourner son effectif. Et les Tonga ont perdu (25-20) dans un match qui était selon toute vraisemblance à leur portée. Aujourd’hui, la France peut remercier l’IRB et ses calendriers.
Il est clair que les nations majeures du rugby mondial – et ce n’est pas un secret – sont favorisées dans l’établissement des matches et des phases de récupération. La Namibie, les Tonga, la Russie et encore d’autres équipes ont été soumises à cette injustice. Le rugby à deux vitesses n’est pas une légende. Il faut s’en convaincre. Mais cela sourit aux Français… Qui a dit, triste ?

 

Thomas Perotto

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site