Toute l'actualité de la planète ovale décryptée par un apprenti journaliste et passionné de rugby. Le guide complet de la Coupe du Monde, c'est sur Rugbystiquement Votre.

Le match en questions

Fiche-technique :

Nouvelle Zélande 37 –17 France

Points : pour la Nouvelle Zélande : Essais de Thompson (9°), Jane (17°), Dagg (20°, 41°), Williams (76°). Transformations : Carter (17°, 20°, 41°) Pénalités de Carter (47°). Drop de Carter (63°) ; pour la France : Essais de Mermoz (55°) et Trinh-Duc (73°). Transformation de Yachvili (54°, 73°). Pénalité de Yachvili (38°)

XV de Nouvelle-Zélande : Woodcock-Mealamu-Francks ; Thorn-Whitelock ; McCaw-Thompson-Kaino ; Weepu-Carter ; Jane-Nonu-Smith-Kahui ; Dagg

XV de France : Poux-Szarzewski-Ducalcon ; Nallet-Papé ; Dusautoir-Picamoles-Bonnaire ; Yachvili-Parra ; Clerc-Mermoz-Rougerie-Médard ; Traille

 

 

 

 

Quel haka les All-Blacks ont-ils proposé au XV de France ?

L’IRB interdit désormais aux équipes de se mettre à moins de quinze mètres des joueurs exécutants un haka. Les Blacks avaient prévenu : ils promettaient l’enfer aux Français. Le Kapa O Pango, version la plus rugueuse et violente du haka, était là pour le rappeler. Carter, toute langue tirée dehors, et tous ses coéquipiers ont montré qu’ils n’étaient pas là pour faire de cadeaux. En 2007, les Blacks avaient perdu le quart de finale de la coupe du monde face à la France. Aujourd’hui, ils voulaient gagner pour se « venger ».

Comment s’est comportée la mêlée française ?

Si les Bleus avaient un moyen de contenir les Néo-zélandais dans ce match, c’était grâce à leur mêlée. Sauf que les Blacks ont fait reculer le pack français sur pratiquement toutes les mêlées. Les Bleus ont été pénalisés de nombreuses fois, pour une mauvaise tenue (notamment en début de deuxième mi-temps). Les All Blacks l’ont joué à l’ancienne, faisant descendre Barcella et Ducalcon très bas sur leurs appuis, avec pour résultat l’incapacité pour les piliers français de pousser convenablement. Jean-Baptiste Poux a été en déroute pratiquement tous le match. A la 51°, sur une pénalité à cinq mètres de la ligne, ils n’ont pas pris les points et ont choisi la mêlée. Comme pour faire boire aux Français le calice jusqu’à la lie.

Morgan Parra a-t-il été à la hauteur face à Carter, à l’ouverture ?

Aucun joueur au monde n’est capable d’être à la hauteur de Daniel Carter, sur un match de cette envergure. Néanmoins, on ne peut pas dire que Morgan Parra a été décevant dans le rôle de demi d’ouverture, un poste auquel il n’avait pas été titulaire depuis presque deux ans. On s’inquiétait surtout pour son physique, un peu fluet face aux monstres que sont Nonu, Williams ou encore la troisième ligne néo-zélandaise. Mais le demi de mêlée clermontois a été courageux en défense, ne s’échappant jamais de son devoir, mais n’allant jamais non plus chercher le danger. Dans l’animation, Parra a été propre et a su impulser du mouvement en deuxième mi-temps, cherchant à alterner le jeu au large et le jeu avec ses avants. Remplacé à la 64° par François Trinh-Duc.

Les Blacks ont il été impressionnants ?

Depuis le début de la coupe du monde, le XV néo-zélandais est probablement le plus impressionnant des grosses cylindrées. Face à l’équipe de France, ils ont encore fait preuve d’une grande maitrise dans le jeu. Offensivement, les Blacks ont marqué trois essais sur leurs trois premières actions (Thompson, Jane, Dagg). Réalistes d’abord, dominateurs ensuite. Quand les Blacks ont le ballon, ils ne sont pas impressionnants, loin de là – et c’est surement l’un des gros enseignements à retirer pour leurs futurs adversaires. Seulement, quand Weepu et Carter ont le monopole du ballon, les Blacks sont très difficiles à jouer. Surtout, avec une mêlée conquérante, les ballons étaient propres et aisé à négocier pour les attaquants que sont Nonu, Smith, Kahui ou encore Dagg.

Dans quel secteur les Français ont il réussi un bon match ?

Indéniablement en touche. Où Julien Bonnaire a pris sept ballons en touche ! Dans ce secteur, le XV de France a tenu tête largement aux Blacks. Les temps forts bleus ont été rares mais intéressants. Notamment dans l’entame de match, où l’agressivité était présente pendant  six minutes. Durant ce laps de temps, les Blacks ont souffert. Comme en deuxième période, pendant 5-6 minutes également. Pour une fois dominateurs en mêlée, les Bleus ont insisté avant que François Trinh-Duc ne marque sur une pénalité vite joué. Le gros point noir, en plus de la mêlée, était la défense. Les Français ont manqué un nombre incalculable de plaquages. Beaucoup trop préjudiciable à ce niveau. Mais, l'important n'était probablement pas la victoire sur ce match. Les Français regardent désormais vers la rencontre face aux Tonga. Pour valider le ticket pour les quarts de finale.

 

Thomas Perotto

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site