Toute l'actualité de la planète ovale décryptée par un apprenti journaliste et passionné de rugby. Le guide complet de la Coupe du Monde, c'est sur Rugbystiquement Votre.

Les Pumas peuvent s'en vouloir : ARG 9-13 ANG

Dans le premier véritable choc de cette coupe du monde, l’Angleterre a failli passé à la trappe, face à l’Argentine (10-9). Les Pumas ont dominé les soixante premières minutes et peuvent s’en vouloir.

              

 

Le contraste est saisissant. On joue à la 72ème minute et les Anglais prennent le dessus en mêlée, récupèrent une pénalité et passe trois points. Wilkinson donne quatre unités d’avance au XV de la Rose. A quelques minutes de la fin du match, le break est fait. Pourtant, les statistiques du buteur anglais sont loin d’être brillantes. Seulement deux coups de pied réussis sur huit tentatives. Mais le pragmatisme ressurgit, comme à l’accoutumée, et Sir Jonny enquille « la » bonne pénalité.

Les buteurs en faillite

Si Wilkinson n’a pas eu la réussite escomptée face aux perches, il en est de même pour les Pumas. Martin Gurruchaga a complètement mangé la feuille, en affichant un cinglant 2/7. Si l’on ajoute les deux échecs de Contepomi et un drop manqué, c’est … 24 points qui font défaut aux Argentins. Le plus frustrant pour les coéquipiers de Fernandez-Lobbe, restera surement le fait qu’ils ont dominé les débats la plupart du temps. Très solides en mêlée, bien en place en défense et même en forme offensivement sous l’impulsion des ailiers Agulla et Camacho et de l’ouvreur Marcelo Bosch.
Les Argentins n’ont pas vraiment été chanceux. Felipe Contepomi et Gonzalo Tiesi sont sortis prématurément sous blessure. Sans leur ouvreur et maitre à jouer, les Pumas ont peut être manqué de réalisme. Les points laissés en route coûtent beaucoup trop cher au coup de sifflet final… Malgré tout, le bonus défensif décroché reste un moindre mal. Ce point pourrait aussi faire la différence à la fin de la poule.

L’Angleterre en petite forme

Dans un match qui s’est d’abord joué devant, l’Angleterre a gagné sur un éclair de son demi de mêlée, Ben Youngs, remplaçant au coup d’envoi. Pour le reste, beaucoup de difficultés pour les hommes Martin Johnson. Surtout, l’indiscipline des Anglais a été flagrante. Pénalisés une bonne douzaine de fois, ils peuvent remercier les buteurs argentins. Steve Thompson, Andrew Sheridan et même Manu Tuilagi se sont souvent mis à la faute.
Pour les prochains matchs, ce sera l’élément principal à corriger. Face à une équipe réaliste face aux perches, la désillusion aurait pu être bien plus cruelle. Bousculé par de solides argentins, le XV de la Rose n’a jamais pu mettre en place son jeu. Mais au final, c’est une victoire … à l’anglaise. Comme souvent.

 

Thomas Perotto

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site