Toute l'actualité de la planète ovale décryptée par un apprenti journaliste et passionné de rugby. Le guide complet de la Coupe du Monde, c'est sur Rugbystiquement Votre.

L'autre très grand favori

Présentation : Australie


Entraineur : Robbie Deans

Capitaine : Matt Giteau

Nombre de participations : 6

Meilleure performance : Vainqueur (1991, 1999)

Parcours en 2007 : Quart de finale (Angleterre)

Joueurs majeurs : Rocky Elsom, Quade Cooper, James O’Connor, Adam Ashley-Cooper

 

Que doit espérer l’Australie ?

Si la Nouvelle-Zélande fait figure de grande favorite pour la coupe Webb Ellis, l’Australie est d’après les observateurs la seule équipe capable d’empêcher ce sacre. Récents vainqueurs du Super 15 par l’intermédiaire des Queensland Reds, les Australiens possèdent une génération exceptionnelle. Bourrée de talents, d’imagination et de créativité. A l’ouverture, Quade Cooper possède toutes ses qualités. Au centre du terrain, Ashley Cooper fait parler sa puissance pour mobiliser les défenseurs. O’Connor, Beale, Turner ou encore Ioane se chargent de finir le boulot. En sprintant le long de la ligne ou en relançant des ballons improbables. L’Australie est capable de développer un jeu offensif qu’elle n’a jamais produit par le passé. Même du temps de Lynagh (1991) ou Larkham (1999). C’est dire s’il faut se méfier de cette Australie cuvée 2011.

 

La star : James O’Connor


Gueule d’ange, sourire charmeur, tête de surfeur. James O’Connor a tout du playboy de film américain. Ou d’une icône gay, au choix. Ce qui est certain, c’est qu’il est le nouveau petit génie de l’équipe d’Australie. Un prodige à l’état pur, à tout juste 20 ans. Oui, notre australien affiche « 1990 » sur sa carte d’identité. Ses débuts sont prometteurs. Mais son manque de gabarit flagrant (1m76, 87 kg) – à l’heure des monstres du rugby moderne – lui a souvent fermé les portes des sélections de jeunes. Mais le talent  finit par prendre le pas sur tout le reste. James O’Connor plante des essais à chaque match, efface un à un ses adversaires par des crochets fulgurants, analyse le jeu en un coup d’œil. Le 8 novembre 2008, il enfile la tunique Wallaby à l’âge record de 18 ans. Depuis, il enchaine les titularisations. Robbie Deans lui fait confiance et James lui rend bien. A l’arrière, à l’aile, au centre (poste qu’il devrait occuper à la Coupe du Monde) ou même à l’ouverture, il impressionne jour après jour. En Nouvelle Zélande, il sera l’attraction principale de cette jeune et talentueuse équipe d’Australie. Le génie n’a pas fini de faire parler de lui. 


Thomas Perotto 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site