Toute l'actualité de la planète ovale décryptée par un apprenti journaliste et passionné de rugby. Le guide complet de la Coupe du Monde, c'est sur Rugbystiquement Votre.

Biarritz s'accroche

Biarritz a énormément souffert avant de prendre le jeu à son compte en deuxième mi-temps (15-10). Malgré tout, le bonus défensif laissé à la dernière seconde laisse un petit gout d’amertume.

248x157-551641-6857535-317-238.jpeg

Parfois, les retours aux affaires sont cruels. Revenir sur la toile avec un article sur la purge du samedi après-midi parait illogique et immérité. Mais qu’importe. Le score aurait pu être bien pire. La décision a été longue à venir pour des Biarrots qui devaient absolument gagner.
La fête aurait pu être belle à Aguilera, si les Basques s’étaient inspirés de Clermont, large vainqueur de l’Aironi. Ou même en proposant un semblant de spectacle aperçu du côté d’Edimbourg pour la rencontre folle face au Racing-Métro (48-47).

Harinordoquy pour basculer

Si les amateurs de rugby étaient sortis de table un peu trop tard, ils n’ont rien loupé à l’heure de se poser devant Biarritz-Saracens. 0-0 à la pause et pas grand-chose à rajouter. La mêlée basque, bien supérieure à son homologue anglaise, a permis de donner deux pénalités en bonne position à l’ouvreur Marcelo Bosch. Mais n’est pas Yachvili qui veut. Pas en réussite, l’Argentin laissait le score à son point de départ. En face, malgré des intentions offensives plus importants et plus tranchantes, pas grand-chose non plus à se mettre sous la dent. Owen Farrell, le jeune prodige anglais laissait échapper les points au pied.

En deuxième période, l’éclair est venu du BO, soudain revigoré. Après deux phases de jeu bien négociées, Hewlett-Petit délivrait une merveille de passe au pied pour l’inévitable Imanol Harinordoquy, bien seul sur l’aile droite (5-3, 50ème). Tant mieux pour Biarritz et tant pis pour les Sarries. Les premiers points biarrots étaient inscrits et le match, lancé. Juste après, Farrell loupait le coche sur une pénalité qui aurait pu faire passer les leaders du championnat anglais devant.

Suivait alors une pénalité de Julien Peyrelongue (8-3, 62ème), plus en réussite que Bosch. Puis un autre éclair, œuvre cette fois-ci de la fusée Takudza Ngwenya, bien servi au centre du terrain qui faisait parler ses cannes pour filer entre les perches (15-3, 64ème).
La messe était dite malgré les intentions de jeu des Sarries. L’agressivité retrouvée des Biarrots en deuxième mi-temps a permis de sortir la tête de l’eau et de s’imposer. Un succès crucial dans la course à la qualification. D’autant plus que le BO avait mal commencé sa campagne. Mais malheureusement, Saracens arrachait in-extremis le bonus grâce à un essai d’Alex Goode. Dommage, car dans le même temps, les Ospreys ne pouvait décrocher mieux qu’un petit nul à Trévise(26-26).

Thomas Perotto

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

1. BoldMelddils (site web) 01/11/2012

http://cheapviagraqual.com | viagra online | <a href=http://cheapviagraqual.com/#5922>generic viagra</a>

2. atmortVom (site web) 18/10/2012

payday loans online - <a href=http://usapaydayloansonlinetoday.com/#9511>payday loans online</a> , http://usapaydayloansonlinetoday.com/#4180 payday loans online

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site