Toute l'actualité de la planète ovale décryptée par un apprenti journaliste et passionné de rugby. Le guide complet de la Coupe du Monde, c'est sur Rugbystiquement Votre.

Sexton porte le Leinster

Au terme d’un match époustouflant, c’est le Leinster qui a été sacré champions d’Europe. Les Irlandais ont battu Northampton sur le score de 33 à 22. Et encore une fois, c’est leur ouvreur Jonathan Sexton qui est le grand artisan de la victoire.


 

Aux citrons, on voyait mal comment le titre de cette H CUP pouvait échapper aux Saints de Northampton. Largement devant (6-22), les Anglais ont été auteurs d’une formidable première période. Ponctuée par trois essais et une pénalité. Northampton avait lancé le match sur les chapeaux de roues avec un essai du troisième ligne Dowson (7ème), un du génial Ben Foden (32ème) et un dernier pour la route juste avant le coup de sifflet, œuvre de Dylan Hartley.

Un retour dantesque

Toujours est-il que le vestiaire du Leinster a visiblement été en surchauffe durant ces dix minutes de pause. Les Irlandais, bousculés et écrasés en première mi temps, sont revenus sur le terrain avec une envie débordante. Vexé dans son orgueil, le Leinster a eu la capacité mentale pour refaire son retard et finalement s’imposer (33-22). Les Saints ont ainsi encaissé un cinglant 27-0 en 40 minutes. Les grandes équipes ne meurent jamais, et le Leinster, champion d’Europe en 2009 a fait honneur à cet adage, en allant décrocher un titre pourtant bien mal embarqué.

Sexton, roi d’Europe

Avant le match, les presque 90% de réussite au pied de Jonathan Sexton ont fait couler de l’encre. Le jeune ouvreur irlandais – qui a supplanté la légende O’Gara avec le XV du Trèfle – disputait sa première grande finale européenne. Comme son équipe, il a été dans l’ombre en première période. Son réveil n’en a été que plus beau. A lui tout seul, il a détruit le moral des troupes anglaises. Tout d’abord avec cet essai (45ème), transformé grâce au poteau. Un signe du destin. L’ouvreur du Leinster ne s’est pas arrêté là. A peine dix minutes plus tard, c’est également lui qui s’arrachait après une redoublée avec Heaslip, pour inscrire son deuxième essai personnel. Une pénalité plus tard (après un énorme effort de la mêlée irlandaise), le Leinster passait devant au score (23-22). La totalité des points marqués par son buteur-ouvreur-marqueur. Un vrai récital. En face, Northampton était abasourdi et incapable de réagir.

 « J'ai estimé que c'était fini quand ils ont obtenu le troisième essai et que tout ce que nous avions fait pour sortir de la poule et aller en finale allait à la poubelle. On a eu besoin d'une demi-heure et nous nous somme repris. Nous y avons cru et nous avons pris notre chance ». Pourtant, pour réussir un tel match et emmener son équipe au sacre, Jonathan Sexton n’a pas usé uniquement de la chance…

 

Thomas Perotto

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×