Toute l'actualité de la planète ovale décryptée par un apprenti journaliste et passionné de rugby. Le guide complet de la Coupe du Monde, c'est sur Rugbystiquement Votre.

Toulon, tout court

Troisième du championnat, Toulon fait partie des candidats au Bouclier de Brennus. Entre l’arrivée de Bernard Laporte et un système de plus en précis, l’hypothèse fait son trou. Analyse.

photo-m-cherchari.jpgPhoto M. Cherchari/La Depêche

9 juin 2012, Stade de France. Finale du Top 14. Luke McAlister, le demi d’ouverture du Stade Toulousain vient de marquer le troisième essai de son équipe. Le titre de champion de France s’envole une deuxième fois de suite dans la Ville Rose. Toulon n’a rien pu faire et a du baisser les armes (25-16). Les hommes de Bernard Laporte n’ont pas pu résister à l’expérience toulousaine des grands rendez-vous. Pourtant, du côté de la Rade, on y croyait. Flash-back.

Expérience, quand tu nous tiens

En 2011-2012, Le Rugby Club Toulonnais a de l’ambition, c’est indéniable et légitime. A la mi-décembre, les hommes de Mourad Boudjellal sont troisièmes du championnat, juste derrière Toulouse et Clermont, les deux « Intouchables » du moment. Toulon n’a perdu que trois fois cette saison, dont deux fois face à ces équipes.
Le fossé qui sépare Toulousains et Clermontois d’un côté, aux Varois de l’autre, se situe dans l’expérience de ces gros matches, et dans la régularité à un tel niveau. Un élément important, qui met les Toulonnais à une longueur de retard en vue du titre. « Pour le Brennus, il manque un vécu commun à cette équipe. Elle est renouvelée chaque année » souligne Arnaud Becquet, consultant web et spécialiste du RCT. Pourtant, l’écart se réduit petit à petit. « La cohésion s'améliore. Je pense que d’ici deux ou trois saisons, et si l'effectif n'est pas chamboulé, le RCT peut-être champion » poursuit Arnaud Becquet.

Un recrutement intelligent

Il est vrai que Toulon a de quoi s’imposer sur le devant de la scène, une bonne fois pour toutes. Cette année, le recrutement est bon, très bon, même. Les joueurs quatre ou cinq étoiles continuent d’arriver sur la Rade, mais désormais, pour répondre à des besoins ciblés et précis. L’an passé, il manquait à cette équipe une puissance d’impact importante. Les arrivées conjuguées de Jone Tawake (FID, ex-Narbonne), Matthieu Bastareaud (ex-Stade Français) et Steffon Armitage (ANG, ex-London Irish) ont apporté une valeur ajoutée considérable afin de franchir et créer des points de fixations. De même, les deuxièmes lignes Simon Shaw et Bakkies Botha, deux « bouchers » de renom, vont bientôt faire le bonheur des supporters de Mayol, friands de déblayages agressifs et autres excès physiques.


La précision d’un buteur comme Jonny Wilkinson est primordiale et rassurante. Son entente avec Matt Giteau, aligné au centre, est en train de faire des merveilles. Ce sont deux animateurs, complémentaires, dotés d’un jeu au pied impeccable et qui influent en permanence dans le jeu.
On l’a vu lors de la brillante victoire face à Agen en début de semaine (34-12), le jeu se déplace de plus en plus rapidement sur les extérieurs. Les essais suivent également à ces endroits du terrain.

L’effet Laporte

photo-patrick-blanchard.jpgPhoto Patrick Blanchard/Var Matin

Surtout, Toulon est en train de devenir une équipe sérieuse et disciplinée. La marque des clubs qui prétendent à devenir champions, en somme. Une marque estampillée « Bernard Laporte », le nouvel entraineur du RCT. Philippe Saint-André, parti prendre les rênes du XV de France, a laissé les clés de la maison à Laporte.
Dès son arrivée, « Bernie le Dingue » a imposé son rugby porté sur la discipline. Arnaud Becquet constate : « Toulon n’est pas la meilleure défense du championnat par hasard. Bernard Laporte a amené sa rigueur, avec un crédo : défense agressive, organisée et très disciplinée. Il semble bien plus impliqué que PSA qui était un manager à l'anglaise ». Des propos que relayait également Sébastien Bruno à Bertrand Lagacherie, sur L’Equipe.fr, il y a trois semaines : « Bernard, on sent qu'il veut tout contrôler. Il gère tout. Mais il est très pointu dans ses analyses techniques. Il a notamment mis l'accent sur la défense. Il trouvait que nous ne mettions pas assez la pression sur nos adversaires. Et puis il nous a aussi beaucoup sensibilisés sur la discipline. C'est normal qu'il soit strict. Cela me convient bien, il va directement au but ».
Toulon, version Laporte, a donc les moyens de devenir un prétendant très sérieux au Bouclier de Brennus. Dès cette année ? Sûrement. Les Varois peuvent être champions. De là à dire qu’ils le seront, c’est une autre histoire…

Thomas Perotto

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×