Toute l'actualité de la planète ovale décryptée par un apprenti journaliste et passionné de rugby. Le guide complet de la Coupe du Monde, c'est sur Rugbystiquement Votre.

Au point mort

L’intronisation d’un nouveau sélectionneur en équipe de France, c’est finalement comme un spectacle des Enfoirés. On est impatient, on se délecte et les attentes sont toujours nombreuses. Malheureusement,  c’est souvent pour en ressortir déçu. Et les Bleus viennent d'ailleurs de terminer à la quatrième place du Tournoi des VI Nations.

le-faux-depart-de-philippe-saint-andre-full-diapos-large.jpg                                                                                               Photo Panoramic

Personne n’est encore en mesure de dire quel sera le résultat et le bilan de Philippe Saint-André à la fin de son mandat de quatre ans à la tête des Bleus. Toujours est-il que l’ancien entraîneur de Toulon, Sale et Bourgoin n’a pas effectué un départ convaincant. Ni satisfaisant. A titre de comparaison, son prédécesseur si décrié, Marc Lièvremont, avait empoché une victoire de plus pour sa première campagne européenne (2008). Pour finir en finale de la coupe du monde, ajoutant au passage un Grand Chelem (2010). Philippe Saint-André a du pain sur la planche. Son staff et lui-même en est conscient. Les observateurs aussi.

Légitimes ambitions

Un  premier Tournoi réussi aurait lancé le mandat de PSA sur les chapeaux de roues. Mais il faut bien l’avouer, les attentes étaient nombreuses. Trop nombreuses ? Peut être. Mais avec un titre de vice-champion du monde en guise de faire-valoir, l’équipe de France avait de légitimes ambitions sur le plan européen. Surtout que l’effectif n’avait que très peu bougé, le staff des Bleus jugeant logique de faire jouer la continuité. Les Lionel Nallet, Julien Bonnaire ou William Servat, futurs (et désormais actuels) retraités avaient l’occasion de quitter la scène par la grande porte. A leurs côtés, la génération Trinh-Duc, Parra, Dusautoir, Médard devait s’imposer comme les nouveaux patrons. Puis, les jeunes loups incarnés par Yoann Maestri et Wesley Fofana allaient être intronisés, de façon à signer un long bail avec le maillot orné du coq. Tout est à refaire. Ou presque.
Même les circonstances météorologiques ont joué en faveur des Bleus de France. Le report de France-Irlande a permis à Philippe Saint-André de disposer de ses hommes durant quatre semaines consécutives. Une première en période hors-coupe du monde ou tournée estivale. Une aubaine pour travailler sereinement, sans coupure. Pour créer des liens en dehors du terrain, mais surtout sur le terrain, là où le liant entre les hommes ou la cohérence dans le projet de jeu allaient faire défaut. Finalement, ces quatre semaines n’ont rien fait. Pire, c’est à partir de ce moment que l’équipe de France a sombré. Le nul au Stade de France face à l’Irlande (17-17) a laissé place à une désillusion cruelle mais logique face à l’Angleterre (22-23), toujours à la maison. Enfin, les Français sont allés perdre au Millenium Stadium de Cardiff (16-9) face à des Gallois clairement au dessus du lot sur la scène européenne.

Un mal pour un bien ?

Passé le temps des regrets, on veut croire à l’adage populaire qui faire dire que ce pourrait être un « mal pour un bien ». Le lourd héritage de la Coupe du monde était peut être trop dur à supporter pour un staff qui incarnait le renouveau, le changement et l’avenir. Certains joueurs ne seront plus là en juin pour la tournée en Argentine. C’est une page qui se tourne dans ce XV de France, au fond du sceau en début de Mondial et finalement à une phalange de décrocher sa première coupe William Webb Ellis.
Philippe Saint-André n’a pas semblé cacher ses intentions. Une page se tourne et il faut s’attendre à voir de nouveaux joueurs en Bleu. Des jeunes, des très jeunes. Pour construire et avancer. En regardant loin devant, et notamment vers l’Angleterre, théâtre de la coupe du monde 2015. PSA avait choisi de garder « les anciens » pour gagner dès son intronisation. C’est raté. Marc Lièvremont, en 2008, avait préféré lancer des jeunes dès sa prise de pouvoir. Le XV de France a peut être pris un an de retard.

Thomas Perotto

Après avoir lu cet article, et pour continuer à suivre le XV de France et le sport en général, je vous conseille de vous rendre sur un site que j'ai découvert récemment. Il s'agit de CodesPromotion. Ce site propose des promotions mais aussi énormément de réductions sur un grand nombre d'enseignes en France (et Benelux). Code Promotion négocie également de nombreux codes exclusifs avec les grandes marques connues du monde du sport.
Vous pouvez notamment bénéficier d'une promo sur la marque à la virgule - Promo Nike - qui vous permettra de bénéficier de la livraison gratuite.
Enfin, si vous êtes un club de sport, vous avez l'occasion d'utiliser un code promo casal sport qui permet qux clubs de sport de bénéfcier de 40% de reduction sur les textiles... Foncez ! 

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site