Toute l'actualité de la planète ovale décryptée par un apprenti journaliste et passionné de rugby. Le guide complet de la Coupe du Monde, c'est sur Rugbystiquement Votre.

Dernier appel avant décollage

 

A Clermont, Julien Pierre et Aurélien Rougerie, tout sourire, se prennent dans les bras. Ca y est, ils y vont. Enfin ils y seront. Ils ont montré qu'ils en étaient capables. Dans une semaine, les trente bleus partent en Nouvelle-Zélande. Fini les débats sur les absents, sur les blessés présents, et autres polémiques. Dans les faits, la France est en bonne position pour terminer dans le groupe qui jouera le sprint final en octobre prochain. Explications.

Pourquoi peut-on être optimistes ? 

Le XV de France vient de battre deux fois l'Irlande. Un petit exploit, ou presque. A l'Aviva Stadium, samedi, les Bleus ont réalisé une entame très mauvaise. Catastrophique. Les Irlandais n'ont pas été capables d'en profiter ; trop maladroits. A la mi-temps, les Français sont devant. Ils ont laissé passer l'orage. Ils se sont arc-boutés devant leur ligne pendant une demi-heure. Puis est venu l'éclair de Rougerie sur l’essai d’Heymans, de bons ballons, une belle vision du jeu de Trinh-Duc, des pénalités de Parra et des courses intéressantes d'Heymans, Clerc et Palisson. En clair, la France était un ton au dessus par rapport à son adversaire. 

En seconde période, Trinh-Duc (essai à la 48ème sur interception) et la défense française permettent au XV de France de l'emporter 26-22. Il reste cependant des progrès à faire. L'Irlande, premièrement, n'était pas sur ces deux matches dans une grande forme. Deuxièmement, à Dublin, les avants français ont pris la foudre en mêlée pendant 80 minutes. Ce fut le contraire à Bordeaux, une semaine auparavant. Pour corriger cela, Marc Lièvremont va devoir des choix délicats. En attaque, les choses prennent forme petit à petit. Palisson ou Estebanez ont marqué des points. De bon augure alors qu'il reste aux Français deux matches avant de rencontrer les Blacks.

 


Les Blacks ne sont pas invincibles

 

Ces mêmes All Blacks se sont inclinés en terre sud-africaine (18-5). Un match intense où les hommes de Graham Henry ont été bousculés dans le combat. Malgré une possession de balle supérieure, ils n'ont fait la différence comme d’habitude. Colin Slade, remplaçant de Carter, a été invisible à partir de la 5ème minute à cause d'un énorme plaquage de Fourie, très bon côté Springboks tout comme Morne Steyn.

Au final, la France se cherche petit à petit. Le temps presse, le grand départ interviendra la semaine prochaine. D’ici là, les esprits vont se reposer et le groupe va tenter de « créer » quelque chose. Une chose est sûre, la vérité du terrain ne pourra duper personne.

 

Mathieu Catinaud et Thomas Perotto

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site