Toute l'actualité de la planète ovale décryptée par un apprenti journaliste et passionné de rugby. Le guide complet de la Coupe du Monde, c'est sur Rugbystiquement Votre.

Le centre des incompréhensions

Pour affronter le Canada, 11 changements ont été effectués dans le XV de départ de l’équipe de France. Des choix sont incompréhensif. Notamment pour le cas Aurélien Rougerie et la paire de centre. Explications.


Marc Lièvremont l’avait annoncé et aucun doute ne planait sur ce point : l’effectif allait être profondément remanié en vue du 2ème match face au Canada. Après la laborieuse victoire face au Japon (47-2), le XV de France s’est mis dans une position inconfortable. Celle d’être critiquée pour sa prestation et son manque flagrant de révolte durant leur temps faible. L’équipe se cherche, se construit, on l’a compris.
Dans ce cas de figure, reconduire certains attelages dans le XV de départ aurait pu être vu comme un choix logique. Pour continuer à monter en régime. Au final, seuls William Servat au talon, François Trinh-Duc à l’ouverture, Vincent Clerc à l’aile sont reconduits au même poste. Aurélien Rougerie, capitaine pour ce match – une récompense logique au vue de ses performances et de son implication – glisse du centre vers l’aile. Et justement, c’est là qu’il faut se poser des sérieuses questions.

L’incohérence Rougerie

Associé à Fabrice Estebanez au centre du terrain, lors de la rencontre face aux Japonais, Aurélien Rougerie a livré une prestation correcte. Il sera le capitaine des Bleus ce dimanche. Sa titularisation ne pose pas problème, au contraire.
Seulement, au regard des choix effectués par Marc Lièvremont ces derniers temps, on cherche encore à comprendre la raison de sa titularisation à l’aile. Même si, c’est le poste de formation du Clermontois. Marc Lièvremont s’est privé d’un centre de métier – lequel aurait pu être Yannick Jauzion, Florian Fritz, Matthieu Bastareaud, le nom n’est pas important – et a sélectionné Rougerie en tant que centre. On peut donc légitimement se demander pourquoi Aurélien Rougerie évoluera à l’aile face au Canada… Première incompréhension.

Un centre qui vire à droite et à gauche…


Depuis cet hiver, la principale question dans le choix des titulaires, la paire de centre concentre les principales fluctuations. David Marty, Aurélien Rougerie, Fabrice Estebanez, Maxime Mermoz, Maxime Médard, François Trinh-Duc, les noms ont circulé sans arrêt pour former une paire solide et durable. Dans l’esprit du sélectionneur, la paire catalano-clermontoise composée de Maxime Mermoz et Aurélien Rougerie semblait être l’idéale. Les deux joueurs ont connu des blessures successives, longues la plupart du temps.
Le coach des Bleus n’a donc rarement eu l’occasion de les aligner ensemble. Voilà que les deux sont valides et en état de jouer. La chance leur était donnée de disputer un match côte à côté. Dans une configuration d’opposition où les Bleus devraient pouvoir s’en sortir facilement. Pour travailler les automatismes en vue des prochains matchs – capitaux – cela aurait été « logique » de voir Mermoz et Rougerie titulaires au centre du terrain. Malheureusement, Marc Lièvremont et son staff n’en n’ont pas décidé ainsi. Dommage ? On peut aisément le penser.

 

XV de départ : Traille ; Clerc, Marty, Mermoz, Rougerie (cap.) ; Trinh-Duc, Parra ; Bonnaire, Picamoles, Ouedraogo ; Millo Chluski, Papé ; Ducalcon, Servat, Poux.

Remplaçants : Guirado, Barcella, Pierre, Harinordoquy, Yachvili, Estebanez, Médard.

 

Thomas Perotto

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×