Toute l'actualité de la planète ovale décryptée par un apprenti journaliste et passionné de rugby. Le guide complet de la Coupe du Monde, c'est sur Rugbystiquement Votre.

Une attaque en chantier

Si les 3/4 tricolores ont effectué 30 minutes de jeu construit et agréable, la sortie de Mermoz et l’entrée de Skrela à l’ouverture ont considérablement fait baisser d’un cran l’animation offensive des Bleus.


 

Le chemin est encore long. Personne ne semblait douter du contraire avant le match. Les choses n’ont pas changé après cette victoire obtenue par les Bleus face aux Irlandais (19-12). L’occasion était donné au XV de France de se « tester » après des semaines intenses de préparation physique. Le besoin de toucher le ballon était présent chez les joueurs présents sur le terrain. L’attaque française, emmenée par François Trinh-Duc, a voulu répondre  à la volonté du staff qui était d’envoyer un maximum de jeu. Malheureusement, malgré 30 minutes de bonne facture et des choses intéressantes, le bilan de l’attaque tricolore est très moyen.

La sortie de Mermoz a tout changé


 

Entreprenants dès le coup d’envoi, les Bleus ont beaucoup tenté. Parfois avec réussite, comme sur l’essai de Vincent Clerc (17ème), bien amené par Trinh-Duc et Palisson. L’ailier briviste, très virevoltant durant le match, feintait la passe pour remettre à l’intérieur à Vincent Clerc qui n’avait plus qu’à aplatir. Maxime Mermoz, positionné au poste de premier centre, a également été auteur de belles attitudes. Seulement, le sort s’acharne sur le centre catalan. Tout juste remis d’une grave blessure à l’épaule, Mermoz est sorti à la 27ème, victime d’une entorse du genou gauche. Son indisponibilité devrait être de 15 jours au minimum. L’organisation de l’attaque tricolore après sa sortie n’a pas été convaincante. La paire de centre était composée de Trinh-Duc et Marty, tandis que David Skrela était à l’ouverture. Dès lors, les choses ont été plus difficiles. Beaucoup de ballons tombés, des approximations et surtout une certaine lenteur offensive. Skrela, l’éternel intermittent sous l’ère Lièvremont, n’a pas réussi à se mettre dans le rythme. Tout comme David Marty, qui hormis une grosse présence défensive, n’a jamais créé le danger. Incapable de fixer son vis-à-vis, contrairement à Maxime Mermoz au début de la rencontre.

Manque de rythme

Les Bleus étaient éprouvés physiquement en deuxième mi-temps. Pour un premier match à vitesse « réelle » et le manque de rythme s’est clairement fait sentir. Normal, après tout. Damien Traille, en position de 15, a tenté de relancer des ballons, sans jamais pouvoir véritablement franchir. Le biarrot n’a pas marqué des points sur le match d’hier. Aux ailes, Alexis Palisson et Vincent Clerc ont été très en vue. Et ce, malgré le peu de ballons exploitables qui sont arrivés jusqu’à eux. Au final, la ligne de ¾ des Bleus souffre d’un manque d’animation. Les multiples combinaisons travaillées ces dernières semaines n’ont pas été tentées hier. Attendons maintenant le match de Dublin pour voir si progression il y a. Mais avec l’absence de Mermoz, celle possible de Trinh-Duc (naissance de son enfant) et le retour espéré de Rougerie, les associations vont encore une fois changer. Difficile de créer une animation offensive précise dans ces conditions là.

 

Thomas Perotto

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×